Plateforme   
pour vos projets graphiques
Identifiant :
Mot de passe :
Inscription gratuite
Mot de passe perdu?

Archive pour août 2010


Comment apprendre à gérer votre temps ?

jeudi 5 août 2010

Gérer son tempsEn matière de gestion du temps, il convient de respecter certains principes clés :

I.    Établir une hiérarchie des différentes tâches à faire

Afin d’accroitre votre productivité, utilisez ces 3 indicateurs d’urgence : Urgent- Important – Peu important. Associez les ensuite à une couleur (Rouge – Orange – Bleu) et dressez un tableau Excel regroupant le tout. Un simple regard à cette liste, ainsi qu’une mise à jour en fin de journée, vous permettront de mieux organiser  votre planning. Si vous souhaitez développer cette méthodologie, je vous invite à faire des recherches sur la méthode managériale GTD (Getting Things Done).

II.    Décomposition des missions en sous ensembles

Si vous n’arrivez pas à établir de hiérarchie facilement, cela veut peut-être dire qu’on vous a affecté à une mission globale et complexe. Dans ce cas là, il va falloir apprendre à décomposer systématiquement cette dernière en différents sous ensembles de façon à ce que chacun d’entre eux vous paraisse simple à appréhender.


III.    Se concentrer sur une seule tâche à la fois

Les sources de perturbation en environnement professionnelle sont légions. Or, lorsque vous travaillez, il est important de faire le vide et d’effacer tout « parasite » qui pourraient perturber votre concentration. Ainsi, il est par exemple recommandé de ne répondre à vos emails qu’à des heures fixes (par exemple en début de matinée) ou encore de laisser votre téléphone sur messagerie pour y répondre seulement quand vous l’aurez décidé. De même, si un de vos collaborateurs vous interrompt, reportez la conversation à plus tard si besoin est.

Article réalisé par Faël Minihadji

Chronique du mois : Photoshop CS 5

jeudi 5 août 2010

adobe-photoshop-cs5-win-eng-dvd-01

Maintenant que Photoshop CS5 est disponible, un certain nombre de prestataires s’interrogent sur la nécessité ou non d’avoir recours à une mise à jour de leur logiciel de retouche photo.

Retour sur les nouvelles fonctionnalités de cette édition CS5 :

Au niveau de l’interface, peu de changements sont à noter excepté un léger gain de clarté et d’espace. Si polissage il y a, c’est au niveau de certaines commandes remises au goût du jour telles que  la fonction de détourage (dans le cadre d’une élimination sous condition). Grâce à l’option « Rayon dynamique », le détourage parvient maintenant à prendre en compte des détails aussi fins que des cheveux ou une fourrure.

Pour les photographes en herbe et confirmés, de nouveaux outils font leur apparition tels que le filtre de distorsion pour pallier les défauts de géométrie, ou encore le filtre de vignettage qui va supprimer les assombrissements présents sur les bords de l’image.

Niveau photographie pure, un meilleur traitement du bruit, ainsi qu’une meilleure faculté à gérer l’exposition sur les photos numériques sont à ajouter en faveur de Photoshop CS5. Le logiciel se permet même le luxe d’ajouter un module accessible en matière de rendu de texte 3D.

Passer de Photoshop CS4 à Photoshop CS5 peut donc paraitre pertinent si, et seulement si, vos domaines d’expression s’illustrent dans le traitement photographique. Pour nos autres prestataires graphistes et illustrateurs, il ne sera pas nécessaire de sauter le pas.

Article réalisé par Faël Minihadji

Étude de cas : projet d’animation « Comics »

jeudi 5 août 2010

gif_lille_comics_festivaljpg1Pour ce projet d’animation estimé à 640 €, le client Dominiquefullfx recherchait un infographiste spécialisé dans la suite Adobe After Effect. Le but étant de réaliser un compositing style « Motion Comics » à partir d’une série de planches de bande dessinée (préalablement détourées sur Photoshop). L’animation devait durer en tout et pour tout deux minutes.

Le prestataire Paskalmo, à l’aide des 25 planches et d’un animatique précis fourni par le client, a ainsi pu se départir de cette mission de manière admirable. Félicitations aux deux parties pour cette collaboration digne de la ligue des justiciers !

-

Interview du prestataire Paskalmo

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai toujours aimé dessiner et faire de la photo, c’est naturellement que je me suis dirigé vers une filière artistique.
J’ai eu l’occasion de faire un stage de cadreur dans une boite d’audiovisuel et j’ai eu le déclic : le statique c’est bien, mais je préfère quand ça bouge.

Ensuite j’ai validé quelques diplômes, et j’ai fait beaucoup de montage pour enfin accéder à la réalisation. Mais le graphisme m’a rattrapé quand j’ai découvert le logiciel After Effects, il me permettait de combiner tous mes savoir faire, aussi bien graphique, photographique que vidéo.

J’ai travaillé en agence de communication, en studio de production pour l’entreprise et la télé, et aujourd’hui j’ai pris le chemin de l’indépendance.
Je suis comme un hybride, sorte de Directeur Artistique Multimédia.

Quel type de formation avez-vous suivie ?

Bac scientifique, DEUG Arts Plastiques et Maitrise en Communication et quelques stages, notamment un stage 3D Lightwave et 3DSmax

Que retenez-vous de vos précédents travaux professionnels ?

Écoute, calme, rigueur et grande maitrise des outils sont pour moi indispensables mais c’est quand même l’aventure humaine qui me guide.
Je n’ai pas hésité à « changer » quand j’ai eu des collaborations ennuyeuses. Le business pour le business ne m’intéresse pas vraiment. Je continue à me faire plaisir dans mon travail, d’ailleurs je n’ai pas l’impression de travailler puisque j’ai la chance de faire ce qui me plait.

Comment s’est passé votre collaboration avec le client ?

Très bien, j’avoue que j’appréhendais un peu, ce n’est pas dans mes habitudes de travailler sans rencontrer les clients.
Après un brief clair par téléphone, un cahier des charges précis et un storyboard « vidéo », tout s’est fait par mail.

On a validé une première ébauche et ensuite j’ai décliné l’ensemble du travail dans les délais.
J’ai eu les félicitations du client, c’est plutôt pas mal car d’habitude on se contente juste de vous envoyer votre chèque.

-

Article et interview réalisés par Faël Minihadji

Apprenez à bien rédiger un cahier des charges de charte graphique

jeudi 5 août 2010

cahier-charge1Chers membres de GraphistesOnline, cet article est dédié aux donneurs d’ordres recherchant un prestataire dans le domaine de la charte graphique.

Pour bien rédiger un cahier des charges en charte graphique, il convient de respecter certains critères :

•    Activité du site : afin de vous faire une idée de ce qu’il vous est demandé, se renseigner sur l’activité du site web est primordiale. Cela vous permettra d’être cohérent et consistant lorsque viendra le moment d’élaborer la charte.

•    Technologie du site : suivant la technologie utilisée par le site, le tarif peut varier. Une technologie CMS sera par exemple estimée à 250€/jour en moyenne, alors qu’une technologie en Flash sera quant à elle à 500€.

•    Logo existant : existe-il déjà un logo en accord avec l’identité visuelle de la charte ? Si oui, il convient de s’en inspirer. Pour plus d’informations sur les logos, cliquez-ici.

•    Couleur(s) dominante(s) : quel est l’engagement du site vis-à-vis de ses clients ? Son positionnement ? Sa ligne éditoriale ? Ses valeurs ? Suivant ces différentes critères, les couleurs de la charte graphique se devront de symboliser au mieux le créneau sur lequel se porte le site web.

•    Thème du site et/ou de la charte graphique : le thème, qui représente en somme la ligne directrice, doit absolument être en accord avec le positionnement du site.

•    Charte graphique différente pour certaines pages : doit-elle être ou non commune à l’ensemble des différentes sections du site ?

•    Nombre de propositions souhaitées : par précaution, vous pouvez demander au prestataire d’élaborer plusieurs chartes différentes. Par exemple, une selon votre souhait, l’autre se basant sur la seule créativité du prestataire, et enfin une dernière combinant les deux idées.

•    Sites exemples : souhaitez-vous vous inspirer d’un modèle existant ? Pourquoi alors ne pas le transmettre au prestataire? Tout en évitant, bien entendu, le plagiat.

•    Animations FLASH à intégrer : pour plus d’informations, cliquez-ici.

Article réalisé par Faël Minihadji

Recommandation du mois : Adaptez vos emails à votre interlocuteur

jeudi 5 août 2010

recommandation3Lorsque vous en venez à formuler vos propositions, il convient tout d’abord de connaitre votre style d’écriture et celui de votre interlocuteur afin de vous adapter et rendre votre message plus percutant. Ainsi, il existe plusieurs styles d’écritures : à vous de déterminer laquelle vous correspond et ce qu’il convient de modifier.

Style directif

Vos messages sont directs, concis et autoritaires. Néanmoins, et bien que votre correspondant appréciera votre professionnalisme, il pourra être en revanche agacé par votre manque de politesse à son égard. Veillez donc à rester un minimum courtois.

Style chaleureux

Vous ne dites pas « Bonjour » mais « Salut Georges, ca roule ? ».  Cela signifie que vous êtes plutôt à l’aise dans votre style rédactionnel. Et autant ce style peut convenir lorsque vous vous adressez à des personnes connus depuis un certain temps, autant cela risque de ne pas passer auprès d’une personne lambda. Veillez donc à adopter un ton professionnel dans vos emails (et évitez le langage SMS).

Style logique

Vous veillez dans vos messages à rester le plus cartésien et précis possible. Systématiquement, vos messages sont pertinents et détaillés, ce qui permet  à votre destinataire d’avoir une vision exhaustive de ce que vous souhaitez transmettre.  Faites tout de même l’effort de vulgariser votre vocabulaire afin de rester compréhensible. Essayez également d’y annoter une dimension sociale car, à force de focaliser uniquement sur le contenu, vous risquez de passer à coté de la dimension humaine présente dans chaque échange entre professionnels.

Article réalisé par Faël Minihadji